uk-flag-icon-banque-monaco

Confidentialité (à modifier car origine Monaco for fi)

Les dirigeants et le personnel des établissements financiers installés en Principauté sont soumis au secret professionnel. Le non-respect de ce secret est sanctionné par les peines édictées par l’article 308 du Code pénal.
Sont couverts par le secret, les renseignements sur les opérations, notamment de gestion de patrimoine, ainsi que sur l’existence, le fonctionnement et le solde des comptes bancaires.
Comme dans tous les pays où existe un système financier organisé, le secret professionnel n’est toutefois pas opposable aux organismes de surveillance du système bancaire monégasque et de lutte contre le blanchiment (cf. ci-après), eux-mêmes soumis au secret professionnel, ni aux Autorités judiciaires monégasques, agissant dans le cadre d’une procédure pénale.

Lutte contre le blanchiment de capitaux et le terrorisme

L’une des principales directives données par S.A.S. le Prince Souverain lors de son avènement a été que la Place doit être à la pointe de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.
L’AMAF a publié un recueil de recommandations professionnelles à l’intention de ses membres, document qui précise les obligations et diligences des organismes financiers monégasques dans l’identification et la connaissance des clients, ainsi que par rapport aux mouvements de capitaux.
L’AMAF a, par ailleurs, été à l’initiative de la création de l’AMCO (Association Monégasque des Compliance Officers) – Arrêté Ministériel du 10 juin 2002 – Ces responsables de la lutte contre le blanchiment et le terrorisme sont ainsi conduits régulièrement à se rencontrer pour échanger leurs expériences.